Stress au travail

Selon la Commission de la santé mentale du Canadalien ouvre dans un nouvel onglet, 70 pour cent des employé.e.s canadien.ne.s sont préoccupé.e.s par la santé psychologique et la sécurité dans leur milieu de travail. L’Enquête sur la COVID-19 et la santé mentalelien ouvre dans un nouvel onglet, réalisée par Statistique Canada en collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada, a révélé qu’un.e Canadien.ne sur cinq âgé.e.s de 18 ans et plus a eu un dépistage positif pour des symptômes de dépression, d’anxiété ou de trouble de stress post-traumatique.

Le stress cause des signes et des symptômes physiques, psychosociaux et comportementaux, mais le risque dépasse le bien-être individuel. Au travail, le stress peut se traduire par des problèmes de rendement, la satisfaction par rapport à l’emploi, l’absentéisme, le roulement de personnel, de mauvaises relations interpersonnelles, un manque de motivation et une baisse de créativité.

Causes du stress au travail

Au travail, le stress peut être le résultat de nombreuses situations. Voici quelques exemples tirés de Murphy, L. R., « Occupational Stress Management: Current Status and Future Direction », dans : Trends in Organizational Behavior, 1995, vol. 2, p. 1-14 :

Facteurs propres à l’emploi

  • La charge de travail (l’employé.e est dépassé.e ou sous-utilisé.e);
  • Le rythme, la variété ou le sens du travail;
  • L’autonomie (c.-à-d. la capacité de prendre soi-même des décisions par rapport à son travail ou à des tâches particulières);
  • Le travail par quart ou les heures de travail;
  • L’environnement physique (bruit, qualité de l’air, etc.);
  • L’isolement en milieu de travail (émotionnel ou travail solitaire).

Rôle dans l’organisation

  • Des conflits par rapport au rôle (exigences d’emploi incompatibles, plusieurs superviseur.e.s ou gestionnaires);
  • L’ambiguïté du rôle (manque de clarté par rapport aux responsabilités, aux attentes, etc.);
  • Le niveau de responsabilité.

Avancement professionnel

  • Promotion à un poste qui n’est pas à la hauteur des compétences et qualifications de l’employé.e, ou au contraire, pour lequel les compétences et qualifications de l’employé.e ne suffissent pas;
  • La sécurité d’emploi (peur de redondance dans le contexte économique, ou manque de tâches ou de travail);
  • L’absence de possibilités d’avancement professionnel;
  • La satisfaction professionnelle générale.

Relations interpersonnelles au travail

  • Superviseur.e.s;
  • Collègues;
  • Subordonné.e.s;
  • Bénévoles;
  • Risques de violence, de harcèlement ou liés à la sécurité individuelle.

Structure et climat organisationnels

  • Participation (ou absence de participation) à la prise de décisions;
  • Style de gestion;
  • Communications inefficaces.

Réduire le stress au travail

Les idées suivantes s’inscrivent dans les nombreuses stratégies pour réduire le stress au travail (en anglais) :

  • Offrir un environnement de travail physique sécuritaire et confortable en ce qui a trait au bruit, à la qualité de l’air, aux dangers, à la luminosité et à l’ergonomie;
  • Assigner des tâches variées aux employé.e.s.
  • Permettre aux employé.e.s de prendre leurs propres décisions, si possible;
  • Offrir des occasions de développement des compétences;
  • Encourager le soutien social dans le milieu de travail;
  • Mettre en place un programme intéressant de reconnaissance des employé.e.s;
  • Pendant le processus de recrutement, fournir suffisamment d’informations sur le poste à pourvoir pour s’assurer de trouver la bonne personne pour ce poste;
  • Définir les rôles et les responsabilités des employé.e.s;
  • Maintenir la charge de travail à un niveau raisonnable;
  • Offrir des arrangements de travail flexibles;
  • Offrir la possibilité de prendre des congés autorisés;
  • Mettre en place un programme de mieux-être en milieu de travail;
  • Communiquer les changements organisationnels aux employé.e.s et leur accorder du temps pour s’y adapter;
  • S’assurer que la participation aux activités après le travail n’est pas obligatoire;
  • Offrir des activités sociales délibérées en milieu de travail;
  • Assurer un processus d’intégration et des formations exhaustives pour aider les employé.e.s à se sentir en confiance et à réussir.
Cet article vous a-t-il été utile?
Utilisateurs qui ont trouvé cela utile : 2 sur 2